Newsletter | Facebook

D’un jour à l’autre. Le secret de l’atelier…

L’atelier de Marguerite Dewandel


Images par Joëlle Labiche
Copyright © La Cage de l’Ombre Forte.


ACTUALITÉ DE MARGUERITE DEWANDEL

FIN 2012
Parution à Rio de Janeiro de Todos os nomes da melancolia de Leïla Danziger ⓵ ⓶
Un texte de Marguerite Dewandel y est publié : Lettre N°2 – À Leïla.
Leïla Danziger séjourna en France entre 1985 et 1989. Elle et Marguerite Dewandel se retrouvaient souvent à La Cage de l’Ombre Forte / 1e époque.
Voir site et blog de Leila Danziger.
Todos os nomes da melancolia, Rio de Janeiro, Apicuri/ Cosmocopa, 2012, 188 páginas.

FÉVRIER 2013
Marguerite Dewandel crée sa page sur Facebook
et une page pour La Cage de l’Ombre Forte.

FÉVRIER 2013
Envoi d’un communiqué amorçant une recherche de documents.
Depuis cinq années, Marguerite Dewandel conduit une étude sur les Rencontres des Jeudis de Sain-Marcouf ⓷ ⓸ et tout particulièrement sur les relations entretenues par Maxime Darfonville, Louis Soufier-Deleure et Élie Pontpuiseux, acteurs majeurs de ce groupe, souvent évoqués dans les textes publiés à la rubrique Les Chroniques / MD.

Se reporter aux Chroniques
CH-161 : Maxime Darfonville 
CH-160 : Louis Soufier-Deleure 
CH-193 : Élie Pontpuiseux 

Communiqué de Marguerite Dewandel :
Appel aux collectionneurs
Recherche de documents.

Afin de poursuivre mon étude sur le groupe Les jeudis de Saint Marcouf, je suis à la recherche des lettres échangées par Maxime Darfonville, Louis Soufier-Deleure et Élie Pontpuiseux et de tout autre témoignage pouvant se rapporter à cette correspondance et aux relations qu’ils entretenaient.

Peut-être disposez-vous de documents dans vos propres archives et seriez-vous disposés à me confier une reproduction pour étude et éventuelle parution dans l’ouvrage cité ci-dessous (3).
Peut-être avez-vous le souvenir de telles pièces aujourd’hui introuvables dont vous seriez prêts à évoquer le contenu sous la forme qui vous conviendra.
Peut-être connaissez-vous des collectionneurs possédant de tels documents et qui seraient prêts à m’aider.
Dans un souci d’efficacité, j’ai demandé à Denyse D’Artemes et Joëlle Labiche de contacter toutes les personnes dont le nom apparaît dans les archives que j’ai déjà pu consulter.
Merci à l’avance pour l’attention que vous voudrez bien accorder à ma requête.

Paris, le 19 décembre 2012

(3). L’ouvrage livrant cette recherche devrait paraître en 2014 aux Éditions La cage de l’ombre forte .


MARS 2013
Réception des premiers témoignages

Des documents et des informations sont déjà venus enrichir les archives de Marguerite Dewandel et préciser des faits inconnus ou non vérifiés.

Benoit Ronbas a retrouvé dans son immense bibliothèque un document très précieux et en donne un descriptif circonstancié. Il nous emmène, en 1970, à l’université de Vincennes où l’on est pas du tout étonné de retrouver Maxime.
C’est un texte remarquable, très éclairant qui sera publié très prochainement dans le site avec les informations reçues, les plus significatives. ⓹

MD savait déjà que Maxime avait un lien privilégié avec la ville de Nantes. Or, d’après Julie Vérin, il s’avère qu’il y séjournait en 2007, rencontrant Antoine Cousin dans des conditions qui restent à préciser.⓺

Un des correspondants (Paul Destieu) suggère l’hypothèse d’une vaste manipulation, via les réseaux du web, dont le but n’est pas limpide mais dont on peut supposer qu’il serait d’atteindre tous les acteurs de La Cage de l’Ombre Forte. Il propose des pistes pour démasquer cette supercherie, si supercherie il y a.

Enfin, MD a reçu un message d’Anselme Normage confirmant ses relations difficiles avec le reste du groupe. Elle attend l’accord de monsieur Normage pour publier ce texte.

Extrait

LA 5E ÉPOQUE (2014-15)

Bande-annonce du court-métrage « La 5e époque » qui a été projeté au cours de l’exposition « Yves Carreau : Transmissões » au CCJF de Rio de janeiro.
Il a été réalisé par Joëlle Labiche et Quentin Aurat avec la participation d’Yves Carreau, Julie Verin et Marie Maignaut.